Trips 'n' Pics - Week-end mouvementé à Europa-Park
Parcs Trips Fiches Focus News Acceuil Livre d´or Contact
Week-end mouvementé à Europa-ParkWeek-end mouvementé à Europa-Park
Parcs visités
» Europa Park
Quand c'était ?
du 3 au 5 décembre 2004

Qui y avait ?
La crème des crèmes … Mathias, Ralph, Gil et moi-même

Comment c'était ?
Nul, terminé, tout le monde rentre chez soi

Tu l'as vu ?
….

Encore un petit Trip Report en attendant un plus gros qui ne devrait plus trop tarder à arriver.

Cette fois-ci, direction le-parc-c-est-limite-si-on-y-va-pas-tous-les-jours-qu-à-force-on-serait-presque-blasé : Europa Park. Je ne vais bien sûr pas vous imposer la lecture de trois pages sur ce parc que tout le monde connaît par cœur, que même si j'en dis parfois un peu de mal, c'est quand même très bien … dans son ensemble !

Donc au lieu de vous narrer les journées, on va plutôt parler des soirées histoire de vous informer sur divers points cruciaux à mettre absolument en œuvre lors de votre prochaine visite à Europa Park Rust Resort :
- Comment se faire servir dans un bar des hôtels d'EP en moins de 30 minutes (très dur)
- Comment faire copain-copain avec le gars de la pension
- Comment faire l'égyptien
- Comment se reproduisent les castors lapons hermaphrodites
Et plein d'autres choses encore !

Premier soir :

Sont présents Ralph, Gil et moi-même.
L'idée première est d'aller au Mille Miglia, le bar au quatrième étage du Colosseo. Malheureusement un congrès d'encravatés ne l'entend pas de cette oreille et squatte tout le bistro. Vu qu'on n'a pas trop le choix, on se rabat sur le Buena Vista, au somment de l'hôtel Alcazar.

On arrive et c'est déjà blindé (normal me direz-vous). Donc vu qu'il n'y a plus de table, on décide de se mettre direct au bar et grand bien nous en a pris car ici au moins le service est super rapide. Vous voulez quelque chose ? Suffit de le demander au barman qui n'est jamais à plus de deux mètres de vous ! En plus, vous voyez défiler tous les cocktails sous votre nez. Très appétissant mais subitement moins lorsqu'on regarde les prix. On se rabat donc sur la Sangria parce que c'est bon la Sangria et en plus c'est pas trop cher.

Petit à petit l'ambiance monte, on se fait un peu bousculé par une troupe de cadres sup qui n'ont pas l'air beaucoup plus sobres du tout, on discute un peu avec Miro qui passait par-là et on apprend que le truc qui était une vraie merde il y a six mois (le splash, sujet déjà largement abordé lors de notre voyage en Scandinavie) est aujourd'hui le chef d'œuvre du siècle. Vu qu'on est déjà un peu bourré, on acquiesce tous bien poliment !

Finalement on quitte le bar après deux carafes de Sangria, quelques bières et je ne sais plus trop quoi d'autre et on essaie de rentrer à la pension. On y arrivera tant bien que mal, sur la pointe des pieds parce que le proprio nous avait bien demandé de ne pas faire de bruit. Alors je ne sais pas trop où ça a merdé, mais il semble qu'on n'ait pas été si discret qu'on le pensait puisque le lendemain on s'est fait rappeler un peu sèchement à l'ordre … Paraît qu'on a réveillé tout le monde ! En plus il nous dit ça en nous gueulant dessus … Ma tête ! ! ! Bon finalement il nous a pardonné (enfin on n'est pas trop sûr) et nous a même proposé de nous mettre de la vodka avec notre jus d'orange …

Après journée rencontre de fans. On est arrivé avec une heure d'avance (alors qu'on logeait à cinq minutes à pied du parc, on est quand même fort) et on a donc attendu comme des cons en se les caillant devant les grilles !

Sur la journée, rien de bien particulier à signaler. Les temps forts furent la visite du chantier du Plouf et plus intéressant, celle d'Eurosat à pied. Mais le morceau de bravoure fut sans aucun doute (salutation Julien) le quiz auditif, absolument surréaliste, bien sûr impossible à décrire pauvre de vous, amis lecteurs. En plus, pour les prix, Miro s'était encore surpassé en allant chercher dans les bureaux du marketing (sic) tout ce qui traînait, n'hésitant pas à faire les poubelles pour ramener des plaquettes publicitaires à faire pâlir Jacques Ségéla !

Concernant le déco de Noël dans le parc, en deux mots comme en cent : très bien. Il y a tellement de sapins partout qu'on croirait qu'Europa Park a décimé toute la Forêt Noire pour s'approvisionner ! De nuit, c'est bien entendu encore plus beau avec des kilomètres de loupiotes, des feux pour se réchauffer, etc ... Il y a bien sûr quelques horreurs bien kitch comme la fontaine en « iceberg/bâche en plastique » dans le quartier italien, mais dans l'ensemble, l'ambiance Noël et Cie est vraiment bien rendue !

Enfin passons au deuxième soir !

Ce coup-ci nous dormons à l'Alcatraz, le gros château moche en papier mâché (enfin l'intérieur est joli) dans une chambre avec vue sur le Splash, le méga pied !

Pour notre soirée, nous décidons d'aller au Mille Miglia qui cette fois-ci n'a pas été envahi pour je ne sais quel congrès. On s'installe tranquillement dans la prison (ouais on est des délinquants nous !) et on attend le serveur. Et on attend … on attend … on attend … Rien …. Ils sont en grève ? Non y en a deux là-bas qui papotent ensemble ! Bref après seulement vingt minutes d'attente il en débarque tout à coup trois dans notre salle. Super l'organisation. Trois serveurs pour une salle qui compte tout au plus dix tables ! On commande tout en masse et vingt minutes plus tard la consommation arrive. La Erdinger est dégueulasse, j'ai vraiment eu du mal à la finir, la Sangria, ça va, c'est la même que la veille…

Finalement, on regagne notre chambre en essayant de faire moins de bruit que la veille. On se raconte des histoires qui font peur : le circuit du Splash, la mascotte du quartier portugais, le morceau de salade sur les dents de la «danseuse » du ballet, etc …et puis on s'endort tranquillement.

Lendemain, seconde journée à EP mais sans Ralph et Gil qui préfèrent retourner dans leur montagneux pays qui est le leur. Puis adieux déchirants, tout le tralala et that's all folks !

Toutefois, avant que vous ne passiez aux photos, j'attire votre attention sur un petit bonus que nous vous avons spécialement concocté : la vidéo d'un combat de gladiateurs comme vous ne l'avez jamais vu et comme j'espère que vous ne reverrez plus jamais (parce qu'ils font quand même grave pitié).

Recherche
L'actualité